Catégories
Non classé

Les curiosités naturelles

Trois sites magnifiques à découvrir.

Le Québec est un immense territoire qui fait trois fois celui de la France, cinq fois celui du Japon et tellement de fois celui du Swaziland que mon ordinateur s’est mis à dégager une fumée grise et nauséabonde quand j’ai tenté de faire le calcul en utilisant Excel. Le climat y est rude, soit, mais c’est un prix dérisoire à payer pour y contempler tant de beauté naturelle qui s’offre avec complaisance au regard ému des visiteurs. Voici trois sites que nous vous recommandons d’ajouter à votre itinéraire de vacances!

Le rocher de Grand-Père

Le rocher de Grand-Père

La municipalité de Grand-Père en Haute-Mauricie tient son nom d’un rocher dont la forme rappelle celui d’un vieux monsieur. Encore aujourd’hui, il trône fièrement aux portes du village et accueille visiteurs et curieux. Les Atikamekw l’appelaient « Tohanatikw » (la mailloche, le gourdin, le gros bâton) et on raconte qu’ils se sont tordus de rire lorsque les Français leur ont dit qu’ils allaient l’appeler Grand-Père. « Ekote », auraient-ils ensuite dit en haussant les épaules – ce qui, traduit grossièrement, veut dire « d’accord » ou « whatever ». On attend d’ailleurs toujours l’érection d’un monument en leur honneur de leur conseil de bande.

Pointe-aux-Piqûres

Située en Abitibi, le parc national de Pointe-aux-Piqûres est la destination rêvée pour tous les touristes qui rêvent de contempler la faune sauvage du Québec dans toute sa splendeur. Après une marche d’à peine deux heures dans un sentier forestier parsemé de trous et de branchages coupants comme des lames de rasoir, le visiteur et la visiteuse atteignent facilement ladite Pointe-aux-Piqûres où ils pourront observer tous les insectes assoiffés de sang et de chair humaine répertoriés sur l’ensemble du territoire québécois – souvent en une seule visite ! Certains moustiques sont aussi gros qu’un pamplemousse, alors n’oubliez pas d’apporter votre appareil photo et une lotion qui contient au moins 90% de DEET. La boutique de souvenirs vous offre des cartes postales et des tests pour la maladie du Nil occidental à des prix défiant toute concurrence.

Le cratère Clearasil™

Le cratère Clearasil™

Autrefois appelé le cratère des Pingualuit, il s’agit d’un lac qui se trouve à Kangiqsujuaq, au nord du 61e parallèle. Cet immense trou béant est un cercle presque parfait de 3,4 km de diamètre, le résultat de la chute d’une météorite venue de quelque part entre Mars et Jupiter, il y a 1,4 million d’années. Selon la brochure que je lirai certainement plus tard, l’impact fut 8500 fois plus fort que la bombe d’Hiroshima. La vue aérienne du site est un spectacle unique en son genre, une expérience qui, selon certains visiteurs, leur a fait revivre les heures les plus sombres de leur adolescence. Lorsqu’en 2007 le gouvernement du Québec a annoncé son intention de créer le parc national des Pingualuit, le premier ministre de l’époque (Jean Charest) s’est tout de suite mis à la recherche d’un partenaire privé pour financer la mise en valeur du site et aussi contribuer à la caisse électorale du parti libéral, comme il était coutume de le faire à cette époque lointaine. La compagnie britannique Reckitt Benckiser s’est immédiatement portée volontaire et depuis, c’est avec un pincement au cœur et à l’épiderme que les touristes peuvent admirer le cratère Clearasil™. Le seul point noir est que le site n’est accessible que par hélicoptère.

3 réponses sur « Les curiosités naturelles »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s